OPÉRA DE QUÉBEC – LE GALA du 11 décembre 2014


Cette soirée du 11 décembre 2014 nous amène le 12e gala de l’Opéra de Québec et elle débute par les mots de bienvenue de Grégoire Legendre, directeur générale et artistique. Puis c’est l’entrée de Daniel Lipton, chef d’orchestre qui dirige ce soir l’Orchestre Symphonique de Québec ainsi que du Chœur de l’Opéra de Québec et de son chef de chœur Réal toupin; et le tout débute en grande pompe avec « Gli arredi festivi » de Nabucco de G.Verdi de façon magistrale.

Ensuite c’est Marie-Josée Lord qui entonne « Amour, ranime mon courage » de Roméo et Juliette avec panache, ferveur et d’une voix de rossignol qui s’offre au printemps. Luc Robert enchaîne avec « Cielo e mar » avec puissance et une voix souriante totalement charmante. Quant à Lauren Margison, elle nous enchante avec« O mio babbino caro » suivi du « Barbier de Séville » interprété par Jean-François Lapointe qui porte au loin son histoire avec brio, de façon si imposante et puissante, qu’il crée un remous donnant lieu à la première ovation debout.

On est frappé par la douce ferveur s’élevant de Karine Boucher sur un « Air de Marietta » (Korngold), une prière symphonique très prenante. Roger Honeywell et Grégory Dahl nous présentent notre premier duo avec « O mimi tu piu non tormi » tiré de La Bohème, avec puissance et verve sous la belle musique que les musiciens de l’OSQ procure si bien depuis le début de la soirée, la magie opère totalement.

Leslie-Ann Bradley est flamboyante dans sa version de « Depuis le jour » puis est suivie par Stéphanie Pothier qui amène la « chanson gitane » de Carmen avec élégance. Tiré de Rigoletto, c’est le retour de Gregory Dahl avec un puissant « Cortiggiani, vil razza dannata » avant que Lyne Fortin nous charme avec une « Invocation à la lune » grâce à sa voix magnifique avant de terminer la première partie avec « E lucevan le stelle » de Pucini magnifié par la voix chaude de Roger Honeywell .

En seconde partie la féerie continue avec Lyne Fortin et le Chœur dans un extrait magnifique de Mme Butterfly « Quanto cielo, quanto mare » tout simplement magique. On poursuit notre tournée des extraits entre autres du Barbier de Séville, South Pacific, Les pêcheurs de perle, Mme Butterfly, la Bohême, Rigoletto et le numéro d’Alexandre Sylvestre « Some enchanted evening » est particulièrement séduisant pour ne pas dire enivrant avec une orchestration extraordinaire.

Lorsque Lauren Margison entonne « I dreamed a dream », on tombe sous le charme comme hypnotisée par chacune des notes; on a l’impression qu’un ange est passé parmi nous pour rendre cet hommage « Aux Misérables », tout simplement sublime, un coup de cœur battant d’émotions. Il ne faut pas oublier le « Quatuor » qui nous a présenté un bel amalgame de quatre grandes voix avant de voir le chef du Chœur les diriger lors de « Ain’t got time to die » avec comme soliste Marie-Josée Lord.

Le Gala de l'Opéra de Québec Comme on est près de Noël, on a eu comme cadeau le « Minuit Chrétien » mené par Lyne Fortin accompagné par les 11 autres solistes…digne des plus belles messes de minuit « symphonique ». Les voix et musiciens ont joué sur nous comme une harpiste le ferait en caressant les cordes de nos cœurs, avec doigté et le tout divinement.

Média des 2 rives.com, votre source d'information sur ce qui se passe des deux côtés du fleuve soit Lévis et Québec